Les étudiant(e)s qui ont contesté David Hume

Toute la classe était occupée à essayer de comprendre la conception de David Hume concernant l’origine de nos idées. Il n’est pas rare, dans un cours de philosophie, que la compréhension de chacun(e) résulte de la mise en commun des efforts de tous pour clarifier ce qu’affirment les auteurs étudiés. Je revois la scène et je me souviens qu’avec le groupe du jeudi après-midi c’était le cas.

L’empiriste anglais affirme qu’« à leur première apparition, toutes nos idées simples – l’idée de la couleur rouge par exemple – dérivent d’impressions simples qui leur correspondent et qu’elles représentent exactement », autrement dit qu’il nous faut voir du rouge pour pouvoir en former l’idée. Ainsi, nous comprenions que nos perceptions peuvent être analysées de manière à distinguer les impressions, c’est-à-dire les perceptions qui entrent par la voie des sens dans nos pensées, des idées qui s’y présentent comme leurs images.

Grâce à l’exemple de la pomme proposé par Hume, nous arrivions aussi à saisir la distinction entre impression simple et impression complexe. Lorsque nous mangeons une pomme, l’impression est complexe car toutes les qualités que représentent son goût, son odeur, sa couleur et sa texture sont perçues ensemble. Par ailleurs, comme le seul goût de ma pomme n’a pas de couleur, d’odeur ou de texture cette indécomposable impression de sucré est dite simple.

Très bien! Excellent même! Sauf que…

Prenant son crayon dans ses mains pour le faire tourner entre ses doigts, Lauréline nous demanda si nous avions immédiatement accès aux impressions simples.

« En fait, dit-elle à la classe, je ne perçois pas le bleu de mon crayon sans percevoir la texture et la forme de l’objet donc je n’ai accès qu’à des impressions complexes. Si, pour que nous puissions concevoir une impression simple il nous faut percevoir la qualité du bleu sans distinction ni partage, eh bien, personnellement, je n’y arrive pas!»

« À bien y réfléchir, je suis d’accord avec Lauréline, reprit Laurent. Je peux percevoir en pensée que l’idée du bleu n’a pas d’odeur, pas de forme, que le bleu perçu n’émet pas de son donc qu’il s’agit d’une idée simple, mais pour l’impression je crois que nous ne pouvons pas vérifier l’affirmation de Hume. »

La classe était lancée et ce fut passionnant, car dans son Traité de la nature humaine le philosophe anglais prévoit l’objection..

 

Rémi Laroche
Cégep du Vieux-Montréal

Publicités

Catégories :Uncategorized

Voir aussi :

Voir aussi :

%d blogueurs aiment cette page :